Emailing : comment améliorer votre délivrabilité (partie 1)

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

L’authentification a été l’un des sujets majeurs lors de la dernière conférence du M3AAWG (Messaging, Malware and Mobile Anti-Abuse Working Group) à San Francisco en février dernier. Derrière ce terme générique se cachent plusieurs normes qui permettent d’identifier l’expéditeur, par l’adresse IP ou le contenu du message. Autant de règles à respecter si l’on veut protéger sa marque et améliorer sa délivrabilité.

Les MSP (Mail Service Providers ou fournisseurs de services de messagerie) tels que Google (Gmail), Microsoft (Outlook), AOL ou La Poste ont insisté pour que l’email soit authentifié, autrement dit que l’on puisse en vérifier la source. Si l’email est un média de plus en plus important (96% des internautes consultent leur boîte principale au moins une fois par jour, selon l’étude Email Marketing Attitude 2015 du Sncd), il repose sur des normes anciennes. Le SMTP (Simple Mail Transfer Protocol), qui date de 1982, a été volontairement voulu le plus ouvert possible pour être facile à implémenter. Plus de 30 ans plus tard, on se retrouve avec un média stratégique (l’email) qui repose sur un standard vulnérable.

Parmi ces menaces, on en retrouve deux principales, qui n’ont pas mis longtemps à apparaître : le spam et le phishing. Le premier spam date de 1978 (soit 4 ans avant l’établissement de la norme SMTP), tandis que le premier phishing (ou hameçonnage) est apparu au milieu des années 1990 avec le logiciel AOHell. Avec l’explosion du nombre de connectés, ces abus deviennent de plus en plus couteux et néfastes, quant à l’image de marque notamment (comme avec le cas des emails frauduleux EDF en 2014 qui sont parvenues à voler des coordonnées bancaires aux clients).

Pour limiter le spam, les messageries utilisent le principe de la réputation, qui va définir la délivrabilité d’un expéditeur. Selon ses pratiques, un expéditeur va être plus ou moins bien considéré par les MSP. Ainsi, il ne reste à la messagerie qu’à mettre une limite minimale de réputation pour filtrer les emails entrants. Ce système implique que l’expéditeur puisse être identifié et que l’on ne puisse pas usurper sa réputation.

Découvrez notre solution NP6 CM

Le DNS, au coeur de l’authentification

Le DNS (Domain Name System), est le serveur qui contient la « carte d’identité » d’un domaine et qui permet de diriger l’information au bon endroit. Visibles par tous, les données DNS vont renseigner sur les adresses responsables, celles à contacter en cas de problème, les serveurs où sont hébergés les sites de l’expéditeur, et les normes auxquelles répond ce domaine… En personnalisant son domaine d’envoi des emailings, l’expéditeur est donc en mesure de disposer de ses propres infos d’authentification.

Deux données, toujours contenues dans un email, permettent d’identifier l’expéditeur :

  • l’adresse IP : Il s’agit d’une adresse attribuée à tout appareil connecté à un réseau. Différents formats sont actuellement utilisés : IPV4, norme déjà ancienne et dont la pérennité n’est pas assurée car le nombre d’adresses possible est aujourd’hui atteint, et IPV6, défini plus récemment qui permet un nombre si important d’adresses qu’il devient impossible de s’en servir dans le filtrage.
  • le domaine : Ici le format est complètement ouvert et permet un nombre infini de possibilités.

Ces deux éléments peuvent être « spoofés », autrement dit imités ou usurpés. Il faut donc s’assurer de leur authenticité.

Lire la suite dans l’article « Emailing et authentification : comment améliorer votre délivrabilité (partie 2) « 

" Un moment de lecture à partager "
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
GARDONS LE CONTACT

Inscrivez-vous à notre newsletter

LAISSEZ-VOUS TENTER...

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

[Webinar] Marketing Automation Omnicanal : 10 clés pour bien choisir sa plateforme Actualités & Produits

[Webinar] Marketing Automation Omnicanal : 10 clés pour bien choisir sa plateforme

Aujourd’hui, il est devenu essentiel de proposer une expérience unifiée à travers tous vos points de contact afin de vous démarquer des concurrents et de …

+ lire la suite
Coup de projecteur sur nos NPSixers - Laurent Garnier, Directeur Expertise Délivrabilité Actualités & Produits

Coup de projecteur sur nos NPSixers – Laurent Garnier, Directeur Expertise Délivrabilité

Chez NP6, nous croyons beaucoup au pouvoir de la communauté et sommes convaincus que notre réussite repose sur nos collaborateurs. Dans notre série “Coup de …

+ lire la suite
Retour haut de page